Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[entretien] Profession : Notaire

24 Juillet 2012 , Rédigé par Naddie Publié dans #Entretiens

Officier Ministériel souvent rencontré lors de moments clés d'une vie, Twittnotaire a accepté de me parler de sa profession.

 

Depuis combien de temps exerces-tu ce métier ?  


Je me suis installé il y a sept ans.

 


Vocation, hasard ? Pourquoi cette carrière ?  

 

J'ai débuté mes études en voulant être magistrat. 

Arrivé en licence, le statut de la fonction public m'a fait reculer : étant en Bretagne, aucune envie de me trouver juge à Clermont Ferrand ou à Nice.

Et l'idée d'être entrepreneur me plaisait : pas de hiérarchie, pas d'ordre à recevoir.

 

Restait alors à choisir. J'ai écarté avocat, n'ayant ni gout ni aptitude particulière pour gérer les situations de conflit. Huissier...euh...non ;-) . Mandataire judiciaire....non plus. Donc notaire. Et rural ! 

 

(Bon pour les situations de conflit, j'en gère en fait...)

 


A quoi ressemble une journée ?  

 

Arrivée à l'étude entre 8h/8h30. Lecture dossier, ouverture courrier et réponses, jusqu'à maximum 9h15

Rendez-vous jusqu'à 12h30 avec entre chaque, traitement et vérification des dossiers courants avec les clercs, et téléphone (20/30 min entre chaque RV). 

Entre le dernier rendez vous et 13h00, souvent je rappelle les clients et je répond à mes mails. 

 

Agenda idem de 14h (ou 14h30 si resto), jusqu'à 19h30 (dernier RV à 18h30). 

 

Enfin je signe mes copies authentiques, fais les virements et je rappelle les ultimes clients. Fermeture 20h00.

 

Deux demies journées consacrées à la mise à jour juridique et au traitement des dossiers de divorce.

 


Qu'est-ce qui te plaît, qu'est-ce qui te pèse ?

  

La relation avec le client est d'excellente qualité, et c'est en cela un métier exceptionnellement gratifiant. C'est également le bonheur de travailler en équipe : il y aurait beaucoup à raconter sur la collaboration avec nos clercs. 

 

C'est aussi un métier incroyable pour qui conserve sa capacité à être étonné par la nature humaine. Presque tout le monde va chez le notaire, des plus fortunés aux plus pauvres. Ceux qui ne peuvent acheter héritent toujours. 

Je rencontre des gens que je n'aurai jamais rencontrés, et ils se livrent en une heure comme si je les connaissais depuis des années.

 

Mais... les enjeux sont énormes. Et ils révèlent parfois des cotés peu reluisant de la nature humaine. Après ces années je reste toujours désarçonné et démoralisé par des démonstrations de mauvaise foi et de malhonnêteté, rendue très violentes par les montants en cause. Il y a aussi le stress, souvent, l'angoisse parfois. 

 

Et surtout, mes enfants grandissent. Vite. Et certains jours sans moi.

 

 

Une anecdote, un souvenir particulier ? 

 

Une ??? comment choisir...

 

La dame qui m'a payé avec un coq congelé, amené en voiturette dans une glacière.

La dame qui pleure toujours, cinq ans après le décès, dès qu'elle parle de son mari.

Les deux frères qui se sont réconciliés dans mon bureau, quinze ans après leur brouille.

Mais aussi, 

Le type qui m'a appelé pour me demander si il pouvait vendre les meubles de sa mère. Qui n'était pas encore décédée.

Le type qui m'a demandé de lui rembourser 10 € car il avait perdu une quinzaine d’intérêts (je n'avais pas validé le virement le jour même mais le lendemain).

La demoiselle qui m'appelle en pleurs un dimanche soir, chez moi, pour me demander conseil afin de résilier son compromis. La même qui une semaine plus tard refuse de me payer mes débours une fois la résiliation faite.

Tous vous le diront, le notariat c'est comme une boite de chocolat, on ne sais jamais sur quoi on va tomber ;-)



Est-ce un métier difficile à assumer ? Quelles sont les réactions qd tu l'évoques ?


Les réactions sont globalement positives, mais annoncer mon métier crée tout de suite un a priori "de classe". Les gens sont tout de suite plus réservés, sur la retenue. Et ce même si je suis en short/tongs (je me demande d'ailleurs pourquoi je m'embete à mettre des costumes).

 

Je dis parfois que je suis juriste du coup...

 


Avec le recul, tu re-signes ? 

 

Oui ! 

 

 

scribe.png

Partager cet article

Commenter cet article

Twitnotaire 29/08/2012 10:50

Bonjour,

La situation décrite fait partie des cas problêmatiques, car le système d'organisation français est ascendant et non descendant. Donc les parents d'une personne sont connus à l'état civil, mais pas
ses enfants.

Sur le principe, et quelque soit le contenu du testament, le notaire doit contacter les héritiers ayant une part de succession réservée, et en premier les enfants.

Le notaire n'a pas d'autre choix que de s'appuyer sur les déclarations des héritiers et du conjoint, et en cas de doute, missionne un généalogiste pour confirmer la dévolution.

Les auteurs sont partagés, mais il est probable que le mensonge dans la dévolution est passible des peines de recel (privation du "menteur" d'une partie de ses droits dans la succession).

J'espère que cela répond à vos questions,

Cdt.

Carole Nipette 27/07/2012 16:08

J'ai toujours eu de bons rapports avec mes notaires, il est important de choisir quelqu'un avec qui le courant passe bien pour oser poser toutes les questions...
D'ailleurs j'en poserais bien une puisque grâce à toi Naddie, j'en ai un sous la main.
Est ce que quand quelqu'un décède, le notaire recherche tous les héritiers même s'il y a un testament ? je pense à un parent qui aurait abandonné son enfant (reconnu) et qui aurait fondé une
nouvelle famille... Le père décède, est ce que l'enfant abandonné à droit à l'héritage même s'il n'est sur le testament et comment le notaire peut connaître de genre d'information ? merci !