Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon pantalon et moi

20 Avril 2012 , Rédigé par Naddie Publié dans #Humeur

Les féministes sont de retour, un nouveau combat en étendard. 

 

Le collectif "Ni Putes Ni Soumises" veut faire supprimer une loi archaïque tombée en désuétude, interdisant aux femmes le port du pantalon. 

 

Cette info, qui m'avait échappée je l'avoue, a eu les honneurs du JT de France 2 mercredi midi, le 18 avril dernier, et a ensuite été reprise partout.

 

Une charmante lectrice me l'a signalée, en écho à mon précédent billet sur le combat pour la disparition du terme "mademoiselle" (voir ici).

 

Du coup forcément, ça m'a interpellée.

 

Cette loi est une loi du 26 Brumaire de l'an IX (17 novembre 1800), qui contraint les femmes "désirant s'habiller en homme [à] se présenter à la préfecture de police pour en obtenir l'autorisation" (texte consultable ici).

 

Selon les cas, on explique cette loi par des raisons morales (il n'était pas décent pour une femme de se promener en pantalon, qui rendait ses formes trop visibles) ou sécuritaires (en ces temps révolutionnaires, l'on craignait que les femmes ne cachent des armes dans leurs pantalons).

 

Je ne peux pas m'empêcher de me demander quelle serait la réaction de l'agent de la Préfecture qui me recevrait si je testais ce matin.....

 

Cette loi avait été modifiée en 1892, pour autoriser le port du pantalon aux femmes qui tenaient le guidon d'une bicyclette, ou les rênes d'un cheval.

 

Depuis lors, la loi était restée en l'état.

 

Les moeurs et le temps se sont chargés de la faire disparaître dans les faits. 

 

En 1971, Coco Chanel crée son célèbre et premier tailleur-pantalon, les femmes l'adoptent et en revendiquent le symbole de liberté vestimentaire.

 

tailleur-pantalon-43368.jpg

 

Aujourd'hui, l'association "Ni Putes Ni Soumises" s'insurge, et soumet aux candidats à la Présidentielle son abrogation rapide une fois à l'Elysée.

 

Malgré le caractère purement symbolique, Asma Guenifi, présidente de l'association, juge que cette loi, prévoyant 1500 euros d'amende, a un "caractère régressif et humiliant, il légitime le contrôle du corps féminin".

Selon elle si les politiques n'ont toujours pas abrogé cette loi, cela prouve "qu'il y a encore une résistance de la domination masculine". 

 

Il faut rappeler que dès 1886 certaines femmes, menées par la "Ligue de l'affranchissement des femmes" militaient déjà pour la "liberté de costume".

En 2010, Gérard Charasse député de l'Allier, avait également soumis l'idée à l'Assemblée Nationale, repris en 2011 par Maryvonne Blondin, sénatrice du Finistère.

Les deux fois, n'étant pas considérée comme prioritaire, la question n'a pas eu de suite.

 

Une nouvelle fois, si le combat pour l'égalité homme/femme est juste, je ne peux pas m'epêcher de me dire que ce genre de thème d'affichage ne le sert pas. 

 

En 200 ans la frénésie législative nous a inondé de lois qui ne sont plus appliquées ni applicables. Si l'on veut s'y atteler, c'est à une refonte totale du socle législatif qu'il faut travailler. 

 

Ce texte là n'est qu'un gadget, dont la disparition, même symbolique, ne mérite peut être pas une telle débauche de moyens et d'attentions. 

 

Les lois civiles comme pénales s'entassent, se contredisent, une partie n'est même pas applicable faute de décret, et les temps sont à la prolifération des textes !

 

Alors quel que soit l'issue de cette nouvelle marotte féministe, rassurons-nous, le retour en arrière n'est pas possible, je garde mon pantalon, et avec ou sans la loi du 26 Brumaire an IX, on est désormais bien loin de cette époque là : 

 

 

473559

 

 



Partager cet article

Commenter cet article

Tailleur pantalon femme 25/04/2013 18:17

J'avais presque oublié cette loi. Je n'ose pas imaginer le désastre si un policier essayait de la faire appliquer aujourd'hui, mdr.

- Julie

Marie 26/04/2012 09:52

Si on se présentait toutes en pref pour demander l'autorisation de porter le pantalon: en l'espace de 3 jours la loi sera supprimée!!!

lika 20/04/2012 18:29

il y a assez d'autres combats à mener pour les droits des femmes et des fillettes ... une vieille loi tombée en désuétude parmi tant d'autres.
En plus je ne trouve pas que cela fasse une bonne publicité aux associations féministes. Même moi femme libérée qui élève mes enfants sur un point d'égalité trouve ce combat ridicule !!
Cela rabaisse le combat général mené par cette association.
Le prochain combat des casseroles auto nettoyantes ??