Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nom de nom

21 Février 2012 , Rédigé par Naddie Publié dans #Humeur

Elles ont gagné.

 

Les féministes avec leur combant anti-"Mademoiselle", dont on se gaussait il y a quelque mois, ont eu gain de cause.

 

Il n'y aura désormais plus que deux cases sur les formulaires administratifs : Madame ou Monsieur.

 

Soyons honnêtes, jusqu'à ce matin je trouvais ce combat hors de propos, inutile, et démago.

Mais des échanges pertinents avec une twittos de qualité (utilisatrice de Twitter, NdA) m'ont fait un peu réfléchir. C'est aussi à ça que ça sert.

Il est vrai que la distinction Madame/Mademoiselle applicable aux femmes est peu défendable quand la dichotomie n'existe pas chez les hommes. 

 

Les féministes arguent du droit à la vie privée pour justifier leur combat.

Selon moi l'argument n'est pas le bon. A l'usage, vous pouvez vous faire appeler Madame ou Mademoiselle auprès de votre employeur, client, établissement bancaire, médecin, ou qui bon vous semble. Personne n'ira vérifier si vous êtes mariée ou non. Votre vie privée est garantie, sauf auprès de l'Etat, qui lui connaît déjà votre situation maritale.

Par ailleurs même mariée rien ne vous empêche de rester Mademoiselle et conserver votre nom de naissance.

 

N'empêche cette réforme m'interpelle. Moi Madame ou Mademoiselle je m'en fiche. J'arrive déjà pas à imposer le choix de mon nouveau nom à l'administration !

 

Car Il y a quelques mois voyez-vous, après de longues années de vie commune et la naissance de Titou, Chéri et moi avons sauté le pas, et nous sommes passé devant Monsieur le Maire.

 

Depuis lors, sommes unis par les liens du mariage. Je suis donc devenue Madame sur les formulaires administratifs. Sauf qu'on continue à me donner du Mademoiselle à l'usage, et qu'à l'inverse tout ce que la France compte d'institutionnel s'évertue à me donner le nom de Monsieur désormais.

J'ai du lutter contre les changement automatiques de ma banque et de l'expert comptable qui avaient d'office changé mon nom à la seule information de mon union.

 

Soyons honnêtes, pour le mariage, je l'avais un peu tané quand même.

Justement parce que voyez-vous je voulais porter le même nom que Titou. La puce étant née hors mariage, j'avais insisté fermement pour qu'elle porte les deux noms. Mais dès lors il y avait moi, Naddie X, monsieur, Chéri Y, et la puce, Titou X--Y. Simple non ?

 

Alors je me suis dit que l'on y gagnerait si je portais le même nom (je vous vois venir, les anti-romantiques : non ce n'était pas la seule raison!).

 

Mouais. Si j'avais su.

 

A titre préalable, sachez-le, la légitimation par le mariage n'existe plus. Titou gardera son double nom de naissance à l'état civil (avant , le mariage des parents permettait de donner que le nom de l'époux à toute la famille.)

 

Évidemment à l'usage elle choisira d'utiliser l'un ou l'autre, ou les deux. Mais gardera les deux à l'état civil.

 

Cela étant ça ne posait pas de pb chez nous : destinée à exercer une profession libérale et acheter un Office Ministériel, je tenais à garder mon nom. Ma volonté était d'accoler celui de Chéri. Et dès lors Titou et moi, après le mariage, avions le même nom.

 

Simple non ?

 

Non.

 

Par le mariage, la femme à la faculté d'user du nom de son conjoint, seul ou accolé. Ce n'est pas une transmission du nom, contrairement à la filiation, et cet usage cesse en principe par le divorce.

 

Je voulais donc être Naddie X, nom d'usage : X Y. Notez que je ne souhaite pas de la mention "épouse". Et non ce n'est pas juste pour être contrariante, cette possibilité de ne pas faire précéder le deuxième nom de la mention "épouse" ou "fils/fille" est prévue par le formulaire remis en mairie. J'ai donc rempli bien docilement mon dossier. Je l'ai déposé le 12 novembre 2011.

 

Avant-hier quoi.

 

Fin décembre, la mairie me remet ma première nouvelle carte d'identité. Je suis Naddie X. Aucun changement. On recommence.

Mi-janvier la 2ème : Naddie X épouse Y. Tout faux. Ils ont rien compris. On re-recommence. 

Mi février : la 3ème : Naddie X, épouse XY. Je voulais pas de la mention "épouse" mais "nom d'usage". Et pire que pire : ils ont oublié des lettres dans mon nom quand ils l'ont écrit sur la deuxième ligne. Vraiment ! 

On re-re-recommence. 

 

Alors sincèrement, si la suppression du "Mademoiselle" qui coincidera avec la fin des noms patronymique, d'épouse ou d'époux laissant la place aux "nom de famille" dans le code civil peuvent faire avancer les choses, je prends. 

 

En 2012, choisir un nom d'usage composé relève de la bataille rangée, et le mariage change votre statut au regard des gens ou de l'administration, ce que ne font pas le concubinage ou le Pacs qui ne sont pas pourtant pas des engagements moindres.

 

Cette distinction là, je ne la comprends pas. 

 

Moi mariée depuis qq mois j'ai du Madame dans les Services Publics (Madame Sans Nom certes, mais Madame quand même). Ma tante, en concubinage depuis 25 ans, et qui a 18 ans de plus que moi, est Mademoiselle. Pas très pertinent.

 

Et surtout, je l'ai constasté à titre professionnel, le "Mademoiselle" a une forte connotation condescendante. 

Ainsi ces débiteurs, ayant l'âge d'être mon père ou mon grand père qui me donnent du Mademoiselle pour me montrer qu'ils faisaient déjà la guerre alors que j'étais pas née, et que c'est pas une "gamine" comme moi qui vais leur donner la leçon.

 

Oui le Mademoiselle crée une distinction. Pas selon la situation maritale. Mais selon la place que vous donne celui (administration ou particulier) qui l'utilise à votre encontre. 

 

Alors après tout allons-y. Simplifions ce maelström identitaire. Madame ou Monsieur. Le nom de famille. Et on arrête de distinguer selon la provenance du nom et son origine, mariage ou filiation. 

 

Et laissez-moi m'appeler comme je veux !! 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

claiiireb 29/02/2012 22:14

je viens en retard :P

Je crois réellement que c'est une "avancée" dans la mesure où on ne nous infantilise plus, mais ça reste quand même surtout une belle victoire opportuniste pour les assocs qui défendaient ça.
Quelle utilité à ce moment là? AUCUNE.

alors oui, c'est bien, parce que ça enlève la condescendance que certaines de nous peuvent ressentir dans nos univers pros, comme tu l'as très justement rappelé dans ton billet...mais ça fait quand
même bizarre... et puis merde, je suis pas (encore) mariée, et j'aime bien, mon Mademoiselle :P

titetinotino 24/02/2012 00:22

Effectivement, moi aussi après tergiversations et réflexions, je me suis rendue compte que la France ne faisait que s'aligner sur d'autres pays européens qui ont abandonné cette distinction sur le
plan administratif. Je pense qu'on est en fait tellement habitué à cet usage que finalement, on ne se pose pas trop la question de son bienfondé ou de son utilité.

Moi non plus, je ne trouvais pas cela existentiel de prime abord, ni utile, mais il faut savoir évoluer avec son temps.

Naddie 25/02/2012 13:48



Je te suis totalement sur les limites du statu quo. S'opposer de fait à une réforme même non primordiale pourrait bien être un coup à ne jamais bouger sur rien 



commeunejuriste 22/02/2012 11:35

Un article intéressant justement de quelqu'un qui a pris le temps d'y réfléchir et de peser le pour et le contre. Et c'est intéressant comparé à la volée de bois vert très rapide de commentateurs
moins attentifs ;)

Naddie 22/02/2012 11:39



Merci ! ;-) 



nanou 22/02/2012 11:01

Très bien écrit !
J'adore ton article, l'occasion pour moi de m'apercevoir que je suis une madame, sans être passée devant Mr le Maire!
Bonne vie à ton blog...

Naddie 22/02/2012 11:39



La vie joue de ces tours ;-)