Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pluie d'enfer

25 Février 2012 , Rédigé par Naddie Publié dans #Sorties-Lectures

Après avoir été jouée il y a un an, avec succès,  à la Pépinière Théâtre à Paris, j'ai eu l'occasion de voir récemment la pièce Pluie d'Enfer, à l'Espace Carpeaux à Courbevoie. 

 

Pluiedenfer

 

Le pitch :


"Une immersion fulgurante dans la vie de deux flics de Chicago, inséparables amis d'enfance, qui voient brutalement basculer leur destin. 
Un polar diabolique et haletant. "

 

Note du metteur en scène Benoit Lavigne :
C'est la descente aux Enfers de deux flics américains. 
C'est une tragédie moderne, noire, sans concession. 
C'est une histoire d'hommes, de fraternité et de trahison. 
C'est un voyage fulgurant et éprouvant dans les rues de Chicago. 
C'est du théâtre brut de chair et de sang comme j'aime, qui va au coeur de l'être humain, de sa complexité, de sa beauté et de sa noirceur. 
C'est un langage percutant, mélange d'actions, de narrations et de flashbacks qui nous entraîne loin des clichés et du mélodrame, nous plongeant dans la tête de deux amis, collègues de boulot, unis à tout jamais. 

Note de l'auteur Keith Huff :
Avec Pluie d'Enfer, j'ai écrit un film d'action destiné à la scène.

 

On détaille : 

 

Cette pièce réunit sur scène Olivier Marchal et Bruno Wolkowitch.


Dans une mise en scène très simplifiée, le polar annoncé a de quoi surprendre.

Il ne s'agit pas au sens propre d'un "film d'action" sur scène contrairement à ce qu'en dit l'auteur, du moins dans sa version française (la pièce a longtemps tourné à Broadway, dans le cadre d'une trilogie, le rendu n'était peut être pas le même).

 

On suit a posteriori la descente aux enfers de deux flics de Chicago, deux amis de toujours, qui évoluent dans un monde sombre, sanglant, violent, et qui s'en sortent comme ils peuvent, parfois en s'arrangeant un peu avec leur conscience. 

 

L'histoire est servie par une succession de monologues et de dialogues, mis en perspective par des flashbacks. 

 

La scénographie, faite de toiles sombres, de couleurs grises et noires, de jeux de lumières et d'images, sert parfaitement l'ambiance lourde et dramatique des évènements racontés. 

 

Le texte est dur, le jeu épuré. Deux comédiens en uniforme, deux armes, deux chaises, et l'on est transporté dans ce Chicago sinistre qui transforme à jamais la vie de l'un et de l'autre par une suite d'évènements tragiques. 

 

Olivier Marchal et Bruno Wolkowitch, poignants, servent parfaitement un texte brutal et acéré. 

Les flics durs, violents parfois, les hommes, blessés, sensibles, fragiles, se succèdent sous leurs traits. 

En portant ces rôles magnifiquement, par chaque trait de leurs visages, ils nous emportent dans la tourmente de leurs vies, de celles de leurs personnages si parfaitement incarnés.


Au final, c'est une pièce différente, poignante, qui m'a d'abord déroutée puis captivée et capturée. 

Le jeu des deux comédiens, qui portent littéralement leurs personnages, donne toute la dimension à cette pièce.

                  
Pluie-denfer2

 

 

Mon avis : 

***

Public averti ou connaisseur 

 


 

 

Partager cet article

Commenter cet article