Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et si elle n'était qu'une...

20 Juin 2012 , Rédigé par Naddie Publié dans #Humeur

Titou va avoir bientôt 3 ans, et à cette période, un thème revient bien souvent : le petit deuxième.

 

Oh pas chez nous. Pour le moment les choses sont claires, il n'est pas prévu. 

 

Mais notre entourage, famille, amis, nounou, et même mon médecin ne peuvent s'en empêcher : "alors le petit deuxième, c'est pour quand ?". 

 

Comme si faire un enfant supposait nécessairement qu'il y en aura plusieurs. Comme si un enfant, c'était une fratrie en devenir, un groupe inachevé.

Comme si une famille composée de deux parents et un enfant n'était pas "finie".

 

Pourtant, nous on est bien à trois. On a pu me demander "Tu lui diras quoi quand elle te demandera un petit frère ou une petite soeur?" ou "Seule elle va s'ennuyer tu crois pas ?".

 

Forcément on y a un peu pensé. Un peu. Parce qu'en vérité, avant de penser à ce qu'elle pourra bien en dire dans quelques années, la vraie question serait plutôt : avons-nous envie d'avoir un nouvel enfant ? 


Et là force est de reconnaître que non. 

 

Titou est une petite fille adorable et facile à vivre. C'est donc pas l'épuisement ou un souvenir difficile de la première fois qui nous retient. 

 

La vérité, je crois, c'est qu'on est bien à trois. Avec une enfant plus grande aussi. Je n'ai pas envie de re-pouponner. J'adore l'idée que ma fille grandisse, ouvrant de nouveaux horizons, ceux de tous les possibles.

 

Balades, sorties, restos, visites, expos, bientôt cinéma, escapades citadines, voyages longs courriers, toutes ces choses bien compliquées avec un tout petit, qui deviennent pour nous possible (plus)     facilement, sans contraintes, sans intendance complexe.

 

Je ne dis pas qu'avec un tout-petit on ne peut plus rien faire. Je dis que c'est moins simple. Je dis qu'on ne l'a pas fait.

 

Et puis surtout, on a notre équilibre. Un rythme à nous. Et à trois. Qui enfin s'est installé, qui nous convient parfaitement bien. 

Pour le moment, aucune envie de changer cela. 

 

Un jour peut-être, l'envie d'enfant sera de nouveau là, plus forte que tout. Comme pour Titou.

 

Pour le moment ce n'est pas le cas, on est bien à 3. L'envie que l'on a, c'est celle de profiter de ce qu'on est là.

 

Je revendique mon droit à l'enfant unique, quoiqu'on m'en dise. 

 

Un enfant unique n'est pas forcément un enfant pourri gâté égoïste. Non. Ca dépend de l'éducation qu'il reçoit, pas de son statut. 

 

Ce n'est pas forcément un enfant triste, associable et esseulé. Elle a et aura de la famille, des amis... Et puis si les fratries étaient sources d'amour perpétuel et inconditionnel ça se saurait non ? 

 

Pour illustrer ce billet, j'ai longtemps cherché une image qui me parle. J'ai tapé "famille" sur google. Toutes les illustrations proposaient papa-maman et plusieurs enfants. Puis "enfant unique". Là j'ai vu apparaître des illustrations de la politique chinoise de natalité. 

 

Je n'ai pas pu m'empêcher de constater que la famille monoparentale ou homoparentale ne ressortait pas non plus. 

 

La famille, ce concept figé dans l'esprit général. 

 

J'ai pu échangé récemment avec plusieurs parents d'enfants uniques. Uniques par choix, ou par un coup de la vie, parfois les deux. Tous ont dit avoir eu à se justifier. S'être fait traiter au choix d'égoïstes parce que leur enfant serait seul, ou de radin parce qu'ils osaient assumer qu'avec un ils compteraient moins à la fin du mois qu'avec deux.

 

Devoir justifier ce choix-là reste pour moi incompréhensible. Est-ce qu'on demande aux parents qui font deux, trois enfants, ou plus, pourquoi diantre ils ont eu cette idée ? 

 

Alors pourquoi nous, parents d'un enfant unique, devrions expliquer pourquoi ? 

 

Ma famille c'est celle que je veux. Elle me ressemble à moi. Elle est ce que je veux qu'elle soit. 

Et pour le moment, c'est une famille mono-enfantale. 

 

 famille.jpg

Partager cet article

Commenter cet article

Carole Nipette 25/06/2012 15:10

Je sais que tu as lu mes avis sur mon blog donc je ne vais pas refaire ici... Je suis tellement en phase avec cette question principale, faire l'enfant pour soi ou pour son enfant. Comme toi oui je
pense que ma fille serait bien avec un frère ou une soeur mais nous n'avions pas assez l'envie du deuxième... quoique maintenant ça me titille mais pour le coup c'est vraiment trop tard...

Naddie 27/06/2012 21:50



C'est ce qui me retient de dire "jamais". Après tout personne ne sait de quoi demain sera fait, et la vie est bien plus merveilleuse quand on la laisse nous surprendre !



Christelle 21/06/2012 22:44

Merci beaucoup pour ce billet que j'attendais avec impatience. Tu as décrit parfaitement ce que nous ressentons face aux questions insistantes de nos familles. Rares sont ceux qui comprennent et ne
jugent pas notre décision. Nous sommes 3, nous avons trouvé notre équilibre et notre bonheur à 3.
Ma fille de 4 ans a des cousins et même plein d'ami(e)s, elle ne se roule pas par-terre à chacun de nos refus, elle n'est pas pourrie-gâtée et se contente de ce qu'elle a.
Au moment venu, nous saurons lui expliquer les raisons de cette décision : elle comprendra ...ou pas. Mais pour l'instant c'est une enfant facile, gaie, souriante et épanouie.
Personne ne fait le petit deuxième pour faire plaisir au premier ou pour ne pas qu'il s'ennuie ...N 'est ce pas ?

no* 21/06/2012 11:41

Tout ça c'est la faute de cette foutue norme ! Tu es en couple depuis quelques années, on te demande pourquoi tu ne te maries pas, tu décides de te marier pour des raisons qui te sont propres et
paf on te remet le nez dans la norme avec, le jour même de ton mariage, une myriade de souhaits de procréation rapide; Tu as ton premier enfant parce que tu en avais envie plus que tout et à peine
prononce t-il ses premiers mots qu'on te parle du deuxième (avec l'option "écart d'age idéal" super combo !)
Moi qui depuis toute petite ne faisait jamais rien comme tout le monde je pèse le poids de cette norme alors quand tu décides d'aller contre, non pas par esprit de contradiction évidemment mais
juste parce que tu es bien comme ça, je n'ose imaginer ce que ça doit être de devoir toujours se justifier. Que Madame la Norme aille au diable car en définitive la seule chose qui compte pour un
ou des enfants, c'est d'avoir des parents heureux et épanouis !

Baggout 21/06/2012 11:02

Je suis fils unique et je le vis bien, merci !
De mémoire de mère, il parait que cela n'a pas toujours été le cas. Il semblerait que je sois allé, dans la rue, demander à un inconnu s'il voulait bien "donner" un petit frère ou une petite soeur
à ma maman (mes parents étant divorcés). Je ne m'en rappelle absolument pas.
J'en déduis que c'était une passade, un moment de mimétisme par rapport aux petits camarades de l'école ... (J'ai bien voulu aller au catéchisme juste pour avoir la belle mallette avec le stylo et
la bible des copains ...).
Je crois pas que ça m'ait manqué honnêtement. C'est bien d'être fils unique (sans parler du fait que dans une famille monoparentale comme la mienne, c'est plus simple aussi). Je te rassures je
n'étais pas pour autant pourri-gâté, ni associable, du moins j'en ai pas le souvenir. Ça dépend véritablement de l'éducation que tu donnes à tes enfants. Une fratrie peut très bien être pourrie
gâtée. J'en connais : "Madame, pourquoi est-ce que le voyage scolaire à Malte on doit le payer en plusieurs fois ?" Y, un frère.
Après, on peut généraliser à l'infini, tu trouveras toujours des enfants uniques pour te dire que c'était un calvaire d'être tout seul et des fratries déchirées pour qui leur frère ou soeur
n'existe plus à leurs yeux.
Je pense que l'essentiel c'est de se sentir bien et qu'aujourd'hui la famille, c'est juste ceux avec qui tu te sens bien. Elle prend tellement de formes différentes... que je comprends même pas
qu'on te fasse c**** alors que t'as la plus classique qui soit :)

lika 20/06/2012 19:36

Ben moi j'aime bien ta famille. je pense qu'il faut mieux un enfant désiré car même si les enfants sont les plus beaux cadeaux au monde c'estpas facile tous les jours.

Après pour avoir poser la question ( y compris à toi) je dirai que en ce qui me concerne ce n'est pas pour pousser les gens mais c'estde l'intérêt pour la vie des ceux que j'aime.

Et puis quand on a 2 enfants, on nous demande si on pense au 3ème.
Je pense que c'est pareil pour un 4ème... Et après on doit demander pourquoi on a fait autant d'enfants ^^

Naddie 20/06/2012 22:35



Tu as sûrement raison mais on doit justifier un enfant ou 6, les parents qui ont deux enfants on ne leur demande pas "mais pourquoi donc un deuxième, ça alors ??'.


Il y a (à part un intérêt amical lorsque la question vient des proches, je te le concède bien volontiers) une sorte d'enquête sociale venant de certains : mairie à l'inscription à l'école,
médecin, pédiatre....