Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maternité, grossesse, parentalité : la vérité (3-fin)

4 Avril 2012 , Rédigé par Naddie Publié dans #Entretiens

Toutes les expériences sont uniques. Il y a ce qu'on nous dit, et il y a ce qu'on vit. 

 

Débriefing avec quelques mois de recul, avec nos 4 mamans ! 

 

 

Quelle vérité dirais-tu à une future maman que tu aurais aimé qu'on te dise ? 

Jjalmad : Aucune, franchement, ce qui m'énerve le plus, c'est sans doute celles qui pensent que leur expérience est reproductible.

Amandine : Franchement, je ne sais pas. Je ne crois pas qu'il y ait une vérité, tout ça est très personnel. Je crois que je dirais quand même que si on part avec des principes, il faut s'attendre à s'asseoir dessus. Moi j'en avais pas, donc c'était facile...

Cécile : Ce que j'ai dit à mes amies qui sont tombées enceintes après moi : N'ECOUTEZ PAS LES CONSEILS QU'ON VOUS DONNE !

Chaque grossesse est unique et est vécue de manière unique. On ne peut donc faire de généralités, il faut juste s'écouter, prendre soin de soi, de son enfant et faire en fonction de ce que l'on ressent.

RoseRenard : Je vais plutôt dire ce qu'on m'a beaucoup dit, que j'ai apprécié et que je dirais volontier à une future maman parce que je pense que c'est profondément vrai :

- "écoute toi, fais comme tu le sens parce qu'au delà du bon sens tu es la meilleure juge de ce qu'il y a de bon pour ton bébé et donc il faut se faire confiance". Ce qui en soi n'est pas évident surtout pour un 1er !

- Pour l'allaitement savoir qu'il fallait plusieurs semaines pour bien l'installer et que la douleur resterait plusieurs jours ont été indispensables. A écouter les sages femmes la douleur passe vite, c'est faux, cela prend beaucoup plus de temps et si je n'avais pas eu conscience de ça j'aurais vite abandonné.

- Plus le temps passe et plus tu vas apprécier bébé, c'est de mieux en mieux au fur et à mesure qu'il grandit ! 

 

 

Quel conseil ne surtout pas écouter ?

Jjalmad : Un peu pareil : écouter aucun. Plutôt se faire confiance en fait.

Amandine : "Laisse le pleurer" quand le bébé et tout petit et qu'on à pas envie. Inutile, on se fera du mal, et ce sera pas pour autant un bébé pas capricieux... 

Cécile : Ceux des parents !

RoseRenard : Les conseils impératifs qui ne prennent pas en compte la diversité des personnalités et des mamans et des bébés.

 

 

La phrase ou le conseil insupportable que tu as trop entendu ?

Jjalmad : Ben, aucun. Les gens autour de moi me connaissent...hé hé.

Amandine : "Alors, elle marche?" (oui, finalement mais depuis 2 jours seulement, alors j'ai eu le temps de l'entendre) "Elle à pas froid?" (je vous jure que je la couvre, pourtant) "il est joli ce petit garçon" (pas de cheveux, plutôt jean et pull = garçon. ET BEN NON) "Tu la nourris?" "L'allaitement, c'est quand même formidable, t'es sûre que tu ne veux même pas essayer?" 

Cécile : Repose toi, fais attention, tu devrais en faire moins....

RoseRenard : "T'es sûre qu'il a suffisamment mangé ? il a faim là non ?" GRRRRR ARRGHHH je leur aurai tordu le cou tellement j'en avais marre d'entendre ça !

 

 

Que referais-tu différemment avec le recul ? 

Jjalmad : oh....alors là....no idea. Pas de regret.

Amandine : J'essaierais de profiter plus de ma grossesse et de mon accouchement. J'ai eu autour de moi beaucoup d'accouchements plus douloureux ou dramatiques, de grossesses qui ont tardé à venir...je ne mesurais pas ma chance à l'époque.

Cécile : J'écouterai un conseil d'une grande sagesse qui m'a été donné et que j'ai été incapable de mettre en application : MANGER quand les contractions te prennent !

Ca peut paraître bizarre, mais une copine (deux gosses) m'avait dit de surtout manger au moment où les premières contractions arriveraient.

Quand elles sont arrivées, j'ai été incapable d'avaler quoi que ce soit (elles ont été assez violentes et pourtant je suis vraiment pas douillette).

Résultat quand on m'a fait la péridurale, j'ai crevé de faim jusqu'à temps que j'accouche réellement (6 heures plus tard).

RoseRenard : Je me serais écoutée davantage et je l'aurais allaité plus longtemps. Mon petit bonhomme n'est pas du tout glouton et parfois j'avais l'impression qu'il ne mangeait rien.. Afin de me rassurer j'ai introduit un biberon, on m'avait assuré que ça ne changerait rien. Comme je le craignais et pressentais il n'a plus voulu du sein, le biberon c'est bien plus facile ! Je le disais, je le sentais, j'aurais dû me faire confiance !

 


L'instinct maternel, info ou intox ?

Jjalmad : Y a quand même un truc qui se passe, hein....en même temps, ça se construit au jour le jour : plus ça va, et plus j'le kiffe mon gosse.

Amandine : INTOX. Vraiment, pour moi, c'est de l'enfumage.Peut être un instinct de parents, à la limite, mais j'ai tellement de fois été larguée pour ma fille, et je m'en suis remise à l'instinct de mon compagnon... donc pour moi, non. J'adore ma fille, mais je n'ai pas eu l'impression d'avoir le mode d'emploi livré avec.  

Cécile : un peu des deux je pense.

Y'a des femmes "guimauves" qui te font tout un plat là dessus, te racontant à quel point la grossesse les a transformées. Moi je dis juste que les hormones révèlent ton caractère mais ne te transforment pas.

donc mixte info/intox.

RoseRenard : Vrai ! Si l'on compare à celui du père, le rapport avec bébé est très différent. Je crois qu'on ne peut pas négliger que les mamans ont 9 mois d'avance sur les pères quant à la connaissance de bébé. J'ai parfois été déçu par des réactions du papa qui n'abandonnait pas absolument et immédiatement ce qu'il était en train de faire pour s'occuper de bébé alors que moi au moindre chouinnement j'étais près de lui et je savais même anticiper ses besoins ! Combien de fois m'est-il arrivé de me réveiller parce qu'il réclamait et constater que papa dort du sommeil du juste absolument pas dérangé. De même toutes les mamans ont déjà ressenti ce besoin urgent surgit de nulle part, ce sursaut soudain qui nous dit que quelque chose ne va pas, que bébé a besoin de nous et de constater, même si ce n'est qu'une fois sur deux, qu'effectivement quelque chose n'allait pas.

 

 

 Le mot de la fin ?

Jjalmad : On va penser au 2ème.

Amandine : Ma fille est la plus belle, la plus intelligente et la plus rigolote, et je suis sûre que ses cheveux finiront par pousser.

Cécile : Même si je sais que toutes les grossesses sont différentes, je suis prête à remettre ça et à prendre le risque que la future soit très différente....

RoseRenard : Je crois que malgré tout, les désagréments ne sont rien comparé à la valeur que nous apporte une naissance. Quand je regarde mon fils évoluer, sourire ou dormir je reste émerveillée.

Si je devais définir la situation d'une maman en un mot je dirais que c'est tout entier un Paradoxe. On doit être forte pour s'occuper d'un bébé et l'éduquer alors qu'il nous fragilise au plus haut point.

Mais la première fois qu'on le sent bouger dans notre ventre, le premier regard, le premier sourire, le premier fou rire, le premier échange n'ont pas de prix. Ils sont ce que nous avons de plus précieux.

 

 

(end)

 


 

Au final, la maternité, la grossesse, la parentalité en général, c'est d'abord une affaire personnelle.

 

Pas de règle qui convienne à toutes (tous).

 

Je pense à toi Helma, en concluant ces entretiens. Tu l'auras vu, les avis sur l'aventure sont aussi variés qu'il y a d'interlocuteurs.

 

Jjalmad, Amandine, Cécile et RoseRenard seront d'accord avec moi je crois : vis-le au feeling. Ce que tu ressens est bon pour toi et pour ton enfant. Même si ça se fait pas, même si ça se dit pas. Fais et dis ce que tu veux. On a le droit d'en avoir marre. Ou de pas avoir envie de faire comme dit la sage-femme, Maman, Belle-maman, ou la boulangère.

 

Toutes nous avons été transformées et marquées par cette aventure. Pas toujours facile, mais rien ne l'est jamais dans la vie. Et puis ça vaut tellement le coup ! 

 

Alors terminés les états d'âme ! Fais ce qu'il te plaît. Mets tout ce que tu veux sur le compte des hormones, autant qu'elles servent à ça. 

 

Et profite surtout. Rien ne pourrait être pire que de ne pas profiter par crainte de mal faire. Car je l'ai déjà dit ici : une bonne mère, c'est celle qui est bien dans sa peau. Et si tu es bien, ton bébé le sera. 

 

En attendant de publier ici tes premières sensations, on t'embrasse ! 

 

 

Merci à Jjalmad, Amandine, Cécile et RoseRenard pour le temps qu'elles m'ont consacré.

Partager cet article

Commenter cet article

Helma 04/04/2012 12:06

Merciiiiii! Au delà d'être touchée par vos différents récits, je suis vraiment rassurée, vous avez toutes l'air d'avoir pris ça sereinement au final, sans perdre de temps à écouter les conseils
bienveillants. D'ailleurs, même si je ne l'ignorais pas, je constate depuis que je suis enceinte, que derrière le conseil bienveillant, se cache, pas très loin, le jugement. Et je m'attends à en
bouffer du jugement, d'ici peu de temps!
En attendant, j'espère très sincèrement vivre ma future maternité un petit peu comme vous toutes!
Merci encore et bien évidemment, tout spécialement à Naddie

Naddie 07/04/2012 00:18



Merci ! J'espère que nos modestes expériences te permettront de vivre sereinement et pleinement cette magnifique et merveilleuse aventure de la maternité !